Je veux comprendre ce qu’est la toxicomanie

Pour comprendre ce qu’est la toxicomanie, une définition de quelques concepts s’impose!

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une drogue?

  • Le mot drogue désigne toute substance qui, lorsque introduite dans un organisme vivant, en modifie le comportement et le fonctionnement1, incluant nos perceptions, nos humeurs et notre conscience.

Il existe 3 types de substances :

  • Les dépresseurs: Substances qui ont pour effet de ralentir le fonctionnement du S.N.C.2
  • Les stimulants: Substances qui activent le S.N.C. Les messages sont envoyés plus rapidement et donnent l’impression d’une acuité visuelle, auditive et tactile.
  • Les perturbateurs: Substances qui ont des effets mixtes; l’effet peut être à la fois stimulant et dépresseur. L’envoi des messages au S.N.C. est perturbé. Ils sont envoyés de façon distordue, soit rapidement ou lentement et souvent de façon alternative, ce qui peut créer des illusions.

La loi de l’effet

Il est important de savoir que toutes les substances n’ont pas le même effet pour tous! L’effet qu’aura une consommation dépend de 3 catégories de facteurs, selon ce qu’on appelle communément la Loi de l’effet3 :

  • La Substance : Comment est-elle consommée? Est-ce un stimulant, un dépresseur ou un perturbateur ? Quels sont le dosage et la qualité du produit? Quelle quantité? À quelle fréquence consomme-t-on, et durant combien de temps?
  • L’Individu : Est-ce un homme ou une femme? Quels sont son âge et son poids? Est-il en bonne santé ou malade? Quelles sont ses attentes par rapport au produit, ses motivations et ses besoins? Dans quel état d’esprit se trouve la personne? Comment se sont passées ses expériences de consommation antérieures?
  • Le Contexte : Dans quel environnement immédiat se trouve-t-on (lieu, ambiance, personnes présentes)? Quelles sont les attitudes et les valeurs de cet environnement (valeurs familiales, amicales, professionnelles)? Quel est le contexte social? Est-ce une substance socialement acceptée et accessible à tous? Dans quelle culture se trouve-t-on?

Autrement dit :

 

E = S + I + C

Les types de consommateurs4

Il existe différents types d’effets, comme il existe différents types de consommateurs, allant de l’abstinent au surconsommateur.

  • Le consommateur abstinent : N’a jamais consommé ou ne consomme plus de substances psychotropes.
  • Le consommateur explorateur : Consomme plus ou moins fréquemment des produits à une période donnée de sa vie, à une étape précise de son développement, par curiosité, par défi ou pour la recherche de sensations nouvelles.
  • Le consommateur occasionnel : Consomme à des moments précis ou dans des circonstances particulières (fêtes, spectacles, événements spéciaux), pour le plaisir et la socialisation; la consommation est circonscrite dans le temps et découle d’un choix conscient, délibéré.
  • Le consommateur régulier : Consomme sur une base régulière, répétitive, à raison d’une à quelques fois par semaine. Les raisons sont encore réactionnelles, mais peuvent également s’inscrire dans la personnalité ou le mode de vie. Un élément de dépendance psychologique se présente souvent à ce stade, le moment de consommation revêtant une importance particulière pour l’usager.
  • Le consommateur abusif : Indépendamment de la fréquence de ses consommations, il tend à faire usage de drogues de façon incontrôlée, soit en absorbant de grandes quantités ou encore en mélangeant inconsidérément diverses substances. Outre le manque d’information, ce genre de comportement témoigne souvent d’un besoin de relâchement, de défoulement ou d’exutoire face à son contexte de vie.
  • Le surconsommateur : Consacre la majeure partie de son temps, de ses énergies et de son argent à se procurer de la drogue, à la consommer, à en parler, à y penser, ce qui vient influencer et conditionner l’ensemble de ses relations et de ses comportements. Un tel niveau de consommation sous-entend une gamme de problèmes de vie liés au contexte dans lequel la personne évolue et à la façon de négocier ce contexte.

Les types de consommateurs ne comportent pas tous les mêmes risques. Il peut être utile de se questionner afin de se positionner dans ce continuum, et d’évaluer son niveau de risque.

Qu’est-ce que la toxicomanie?

  • Comme la surconsommation, il s’agit d’une dépendance à l’égard d’une substance psychotrope qui reflète un besoin impérieux ou un désir persistant chez l’individu de consommer en dépit des effets préjudiciables et répétés sur le plan de son fonctionnement physique, mental, social ou spirituel. La toxicomanie est donc définie sur la base de la manifestation de comportements spécifiques. Elle donne lieu au développement d’un style de vie dans lequel l’activité de consommer prend de plus en plus d’importance. Lorsqu’il y a une dépendance physique, l’individu présente des réactions de sevrage lorsqu’il est en manque de substance5.

On peut donc la comprendre à travers les 4 caractéristiques suivantes :

  1. Une personne peut être plus ou moins dépendante selon que l’habitude de recourir à une drogue contrôle plus ou moins sa vie.
  2. Quand l’habitude de consommer des drogues détourne la personne de tous ses autres centres d’intérêt.
  3. Quand l’habitude de consommer une drogue n’est pas ou n’est plus agréable, mais sert surtout à supprimer momentanément la peine, la peur, l’angoisse, la culpabilité ou le malaise de vivre.
  4. Quand, dans des circonstances données, la personne réagit toujours de la même façon et fait toujours le même choix. La dépendance, c’est de ne plus avoir le choix de ne pas consommer une drogue.

Il existe deux types de dépendance :

  • La dépendance physique : C’est lorsqu’une personne ne peut plus cesser de consommer un ou des produits toxiques sans ressentir un profond malaise physique. Il est à noter que toutes les drogues ne provoquent pas nécessairement une dépendance physique. On devient dépendant, plus ou moins rapidement, selon la sorte de drogue que l’on prend. Exemple : On devient dépendant physiquement de l’héroïne, mais pas du haschich ou de la marijuana.

La dépendance physique s’installe lorsque le corps s’est habitué à l’action d’une drogue et ne peut plus s’en passer. En état de manque, il se produit des réactions physiques plus ou moins fortes.

  • La dépendance psychologique : C’est lorsqu’une personne ne peut plus cesser de consommer une ou des drogues sans ressentir un profond malaise psychologique : angoisse, irritabilité, sentiment de vide, manque d’entrain, etc. Elle a besoin d’en prendre de plus en plus pour être mieux dans sa peau, se calmer, se stimuler ou se donner du courage pour surmonter ses problèmes, par exemple.

« Ce n’est pas la drogue qui suscite un état de dépendance, mais l’état de dépendance psychologique, familiale ou sociale qui détermine le recours à la drogue. »6

La prévention de la toxicomanie

Chez Uniatox, la toxicomanie est prise dans un sens préventif. Il s’agit d’un processus qui vise à prévenir qu’un problème se manifeste chez une population ciblée considérée à risque. Il s’agit d’agir en amont des problèmes liés à la consommation inappropriée de psychotropes par l’utilisation de stratégies préventives (influence, développement des compétences et aménagement des milieux de vie)7.

Contactez-nous pour de plus amples informations!

2 Système nerveux central

3 Document Loi de l’effet. Le réseau communautaire d’aide aux alcooliques et autres toxicomanes, Uniatox, des Moulins, Direction de santé publique et d’évaluation de Lanaudière (2006). Adapté de Brisson et Massicotte (1987).

4 D’après Pierre Brisson, Le phénomène-drogue et les jeunes, Pierre Brisson et coll. Ministère de l’Éducation du Québec, 1991

5 Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière.

6 Psychotropes, vol III, no I, 1986, Michel Thomas.

7 AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE. Orientations régionales en toxicomanie, 2005-2010.