Gérons les conflits

Évidemment, les gens ont des opinions différentes; cela arrive aussi à l’intérieur d’une même famille. Lorsque des membres d’une famille tentent de prendre une décision, il peut y avoir des divergences et des discussions serrées parce que tous ne sont pas d’emblée d’accord. Dans ces cas difficiles, il existe certaines habiletés de négociation, lesquelles ressemblent à ce qu’on utilise pour prendre une décision individuelle.

Étapes de la négociation :

  1. Définissez et identifiez le problème (sans vous fâcher et sans blâmer l’autre). Chaque personne peut avoir besoin de décrire le problème selon son propre point de vue. Décrivez le problème en une phrase.
  2. Tempête d’idées. Chacun suggère différentes façons de résoudre le problème. Écrivez toutes les suggestions. Ne pas les discuter ou critiquer pour le moment.
  3. Établissez des priorités. Discutez les pour et les contre de chaque solution. Écrivez les pour et les contre.
  4. Faites des compromis. Choisissez une solution. Les membres de la famille vont probablement avoir besoin de faire des compromis en combinant des parties de différentes idées.
  5. Évaluez la solution de compromis retenue. Faites un essai avant de décider si oui ou non la solution fonctionne. Si ça ne fonctionne pas, sélectionnez une autre solution et répétez le même processus en étant bien certain que le problème a clairement été identifié.

Pour que la communication entre parents et adolescent(s) réussisse dans une situation de conflit, il faut être particulièrement attentif. Il n’y a évidemment pas de recette miracle, nous suggérons tout de même cinq règles qui devraient permettre d’augmenter nettement les chances de trouver une solution au conflit tout en permettant de communiquer. S’il n’y a pas de communication, le problème ne peut être résolu.

Cinq règles pour réussir la communication en situation de conflit :

  1. Se respecter mutuellement;
  2. Contrôler ses émotions;
  3. Maintenir une situation sans gagnant ni perdant;
  4. Transmettre des messages clairs;
  5. Prendre le temps de réfléchir.

Ces cinq règles sont valables pour la plupart des conflits qui surviennent dans différentes situations : conflits entre conjoints, entre employeurs et employés ou entre voisins.

Une enquête menée par des spécialistes a montré que presque la moitié de tous les conflits parents-adolescents finissaient parce que l’une des parties cessait de se confronter à l’autre, que près de 40 % se terminaient simplement parce que l’une des parties disait (ou ordonnait) à l’autre quoi faire et, enfin, que 15 % des conflits se concluaient par une solution négociée. Il ne s’agit donc pas de prétendre ici que la seule issue possible à tous les conflits soit la solution négociée.i

i Cloutier, Richard, Mieux vivre avec nos adolescents, Le jour,1994, p. 86-87.