Questions les plus fréquentes:

En tant que parents, nous avons à nous interroger sur la réalité de la drogue et le rôle que nous pouvons jouer auprès de nos enfants à ce sujet. Souvent, nos interrogations seront passagères et nos préoccupations, rapidement soulagées. Cependant, s’il nous apparaît évident que notre enfant consomme de l’alcool ou d’autres drogues, nous pouvons nous sentir mal informés et plutôt impuissants.i

Voici donc quelques questions qui nous sont fréquemment posées par les parents :

Est-ce que l’alcool est une drogue?

Oui, l’alcool est une drogue et on a trop souvent tendance à sous-estimer les conséquences de la consommation d’alcool. Dans notre société, la consommation d’alcool accompagne souvent des événements heureux : fête de famille, soupers entre amis, etc. Toutefois, sa consommation excessive, tout comme celle d’autres drogues, peut avoir des répercussions sérieuses sur la santé et entraîner une dépendance. Il est aussi essentiel d’informer les adolescents des conséquences de la consommation d’alcool. Elle peut porter, entre autres, les jeunes à avoir des relations sexuelles non protégées ou encore à se donner en spectacle lors de concours de « calage », deux écarts de jugement qui peuvent avoir de graves répercussions.ii

Est-ce que je dois intervenir à propos de sa musique, de son habillement et de sa coiffure?

 

L’adolescent cherche à être différent de ses parents. En ce sens, ses préférences en matière de musique, de mode ou d’apparence physique risquent fort de diverger des vôtres. Il est très probable que des divergences apparaissent dans vos goûts respectifs. Avant tout, il importe de vous remémorer vos propres choix quand vous étiez vous-mêmes adolescents et de vous questionner sur vos valeurs actuelles de parent. Il s’agit de maintenir un lien et un lieu d’échange avec votre adolescent; grâce à une communication ouverte, vous pourrez échanger sur vos positions réciproques. À cette période de la vie, il est essentiel d’attacher un grand prix à chacun des échanges. Intéressez-vous à lui et à ses goûts. Il demeure qu’en dernier recours, c’est aux parents d’imposer des limites raisonnables tout en essayant de les concilier avec les choix de l’enfant.iii

Est-ce que sa chambre est SA propriété?

C’est vous qui payez la location ou l’hypothèque de la maison ou l’appartement que vous habitez. Il est donc normal d’avoir des exigences envers ceux qui vivent sous votre toit et de vous assurer que ces exigences sont respectées. Par contre, qui dit exigences ne dit pas intransigeance. Rappelez-vous que votre enfant a besoin d’espace, d’intimité et de liberté dans la mesure où cela n’entrave pas la liberté d’autrui. Il faut donc négocier avec lui des conditions de vie commune et acceptables pour les deux parties; imposer unilatéralement vos décisions n’est sûrement pas la meilleure des stratégies.iv

Quels sont les facteurs qui peuvent contribuer à diminuer les risques de développer un problème de toxicomanie?

Des études et des recherches démontrent que certains facteurs contribuent à diminuer les risques que votre enfant développe un problème de toxicomanie à l’âge adulte. En voici quelques-uns :

  • Une bonne estime de soi;
  • Une capacité d’affirmation;
  • La réussite scolaire;
  • Une famille où la communication est adéquate;
  • Une famille unie;
  • Une famille ayant des règles claires;
  • Une famille composée d’individus qui ont généralement un bon équilibre personnel;
  • L’absence de problèmes de santé mentale chez les deux parents;
  • Une bonne capacité à gérer ses émotions;
  • Une famille en équilibre au plan financier.

Est-ce que « drogue » veut dire automatiquement « problème »?

Non. Mais il faut que votre adolescent sache et comprenne que le fait de consommer des drogues comporte des dangers. Évidemment, la meilleure manière de ne pas se brûler est de se tenir loin des flammes. Il est important que votre jeune soit bien renseigné sur les conséquences possibles d’une consommation de drogues. Sur ce plan, les programmes de prévention des toxicomanies sont efficaces.v Il n’en tient qu’à vous de briser la glace et d’aborder le sujet avec votre adolescent dès l’âge de 11-12 ans. Prenez de l’information, soit par des lectures ou par le biais de nos services afin de transmettre les bonnes informations.

i La drogue... Si on s’en parlait, ministère de la Santé et des Services sociaux, Québec, 2004.

ii La drogue... Si on s’en parlait, ministère de la Santé et des Services sociaux, Québec, 2004.

iii Gaudet, Étienne. Drogues et adolescences. Réponses aux questions des parents. Hôpital Ste-Justine, 2002, p. 14-25.

iv Gaudet, Étienne. Drogues et adolescences. Réponses aux questions des parents. Hôpital Ste-Justine, 2002, p. 14-25.

v Gaudet, Étienne. Drogues et adolescences. Réponses aux questions des parents. Hôpital Ste-Justine, 2002, p. 14-25.