La communication dans la famille

Nous savons tous qu’une bonne communication est essentielle, aussi bien pour un couple que pour une famille. Facile à dire, mais pas toujours facile à faire. Communiquer, c’est exprimer à l’autre (conjoint ou enfant) ses besoins ou ses sentiments, mais les mots qu’on utilise ne réussissent pas toujours à traduire ce que l’on pense vraiment. Communiquer, c’est aussi écouter l’autre, ce qui est souvent difficile, que l’on soit enfant ou adulte, en particulier quand nous ne sommes pas d’accord avec ce que nous dit l’autre personne.

Comment se porte la communication dans votre famille?

Prenez ensemble quelques minutes pour évaluer l’état de la communication dans votre famille. Afin de comparer les perceptions de chacun, nous vous proposons de répondre au petit test qui suit. Chaque membre de la famille (6 ans et plus) peut compléter le questionnaire. Chacun peut noter ses résultats sur une feuille différente. Faites le total des résultats (1, 2, 3, 4, 5) de chaque membre de la famille. Comparez les résultats de chacun et essayez, en discutant, d’expliquer les différences.

Pour chacun des 5 énoncés ci-après, utilisez le barème suivant et inscrivez le résultat sur votre feuille personnelle :

  1. Presque jamais
  2. Une fois à l’occasion
  3. Quelquefois
  4. Souvent
  5. Presque toujours
  1. Nous pouvons exprimer librement nos sentiments.
  2. Chacun écoute l’autre.
  3. Nous croyons que c’est important de comprendre les sentiments de chacun.
  4. Nous pouvons discuter des problèmes sans nous disputer.
  5. Nous aimons parler de choses et d’autres dans notre famille.

Écouter et se parler :

Si chez vous, on entend souvent des phrases du type : «  À quoi ça sert de parler, de toute façon, personne ne m’écoute » ou encore : «  Pas besoin de me le dire, je sais ce que tu penses », il est clair que la communication chez vous n’est pas à son meilleur. Être écouté, sentir que ce que vous dites mérite d’être entendu jusqu’au bout, voilà bien une façon de se sentir apprécié, accepté et compris. Il est possible de développer nos habiletés d’écoute, ainsi que celles qui nous permettent d’exprimer plus clairement ce que nous pensons et ressentons. Pour y parvenir, il faut de la pratique et de la patience.

Quelques suggestions :

  • Apprenez à écouter : certains membres de la famille peuvent avoir tendance à interrompre souvent. Entendez-vous sur un petit signal (un clin d’œil par exemple), afin de rappeler à l’autre qu’il est en train d’interrompre au lieu d’écouter.
  • Parler au « je ». Au lieu de dire : « Tu fais exprès de ne pas venir quand je t’appelle », dites plutôt : « J’ai besoin que tu me répondes plus rapidement quand je t’appelle ».
  • Apprenez à exprimer vos désaccords de façon constructive : assurez-vous d’abord que la personne vous écoute (rien n’est plus fâchant que de parler dans le vide); exposez-lui ensuite clairement le problème et en quoi cette situation peut vous être désagréable; proposez des pistes de solutions et remerciez-la de vous avoir écouté.
  • Félicitez-vous des efforts que vous faites pour améliorer la communication chez vous. Après un bon souper, rien de mieux que de souligner à quel point il a été agréable d’être ensemble et de discuter.

Si vous voulez en parler davantage et recevoir du soutien, vous pouvez vous informer auprès de l’accueil d’Uniatox des services offerts pour les parents en prévention des toxicomanies.

Source : Trucs et conseils pour une meilleure harmonie familiale, prévention de l’alcoolisme et de la toxicomanie, Maison Jean Lapointe, Québec, 1999, p. 10-11.