La motivation :

La notion de motivation est complexe. Il y a l’impulsion de départ, ce qui initie le comportement (motivation initiale) et, en ce sens, c’est d’un réservoir d’énergie disponible dont il s’agit. C’est parfois issu d’une force intérieure qui pousse l’individu à agir dans l’espoir d’atteindre un but. Cependant, cette énergie peut être qualifiée de façon très différente par la direction, l’intensité et la persistance du comportement qui a été initié : on peut être motivé pour une chose et non pour une autre, à des degrés divers, à court ou à moyen terme… La motivation s’inscrit donc dans un processus dynamique, qui peut fluctuer en fonction de facteurs internes ou externes. La motivation au changement est intimement liée à la perception de l’ampleur et de la nocivité du comportement en cause. Le sentiment d’avoir la compétence pour modifier ce comportement sera déterminante.

La motivation peut donc venir de l’adolescent, mais aussi d’une pression de l’extérieur, d’un malaise.

Ce que vous pouvez faire comme parent pour déclencher ou soutenir la motivation :

  • Être à l’écoute du jeune pour l’aider à trouver sa propre motivation.
  • Ne pas couper la communication.
  • Vous positionner sur vos valeurs, sur ce qui est acceptable ou non dans la famille.
  • Lui donner des tâches d’observation afin qu’il trouve ses propres réponses.
  • Augmenter l’espoir en augmentant sa confiance en lui (ex. : lui apprendre à relaxer, l’encourager à aller chercher les ressources dont il a besoin), en l’école (ex. : parler de l’école de façon positive), en sa famille (ex. : le soutenir et l’encourager dans l’atteinte de ses buts).
  • L’aider à identifier un but à court terme, moyen terme et long terme (le but peut changer, mais il est important d’en avoir un).
  • Lui permettre d’apprendre à se connaître en lui reflétant ses forces.
  • Renforcer l’adolescent dans ses réussites.

« Dans nos sociétés, on valorise la productivité et l’efficacité : il faut faire vite, augmenter la cadence, assurer à tout prix les résultats. Toutefois, pour ce qui est du changement chez votre adolescent, le temps est un ingrédient précieux. Laissez-le faire son œuvre. »i

Maintenant que vous avez quelques pistes pour soutenir la motivation de votre adolescent, je vous propose un test vous permettant d’évaluer votre propre motivation comme parent d’adolescent :

0 à 10

 

 

 

 

 

 

 

 

Évaluez en utilisant une échelle de 0 à 10 (10 = tout à fait, 0 = pas du tout) votre position actuelle par rapport aux huit attitudes gagnantes des parents d’adolescents.

  1. Je désire m’améliorer, apprendre et continuer à grandir en suivant l’évolution de mon jeune.
  2. Je suis prêt à analyser ce que je fais d’efficace et d’inefficace.
  3. J’accepte ses erreurs comme les miennes et je les vois comme des occasions d’apprendre.
  4. Je suis capable de parler de mes sentiments et de donner l’exemple en contrôlant mes émotions et en discutant respectueusement avec lui.
  5. Je suis prêt à examiner comment mes difficultés personnelles affectent ma relation avec mon ado.
  6. Je suis capable de l’écouter en faisant preuve d’ouverture et d’empathie.
  7. J’essaie de garder mon esprit dans le présent, plutôt que de me reporter constamment à « dans mon temps » ou à « quand tu seras plus vieux ».
  8. Mes décisions à son égard s’inspirent davantage de la confiance que de la peur ou de la méfiance.

Si vous avez accumulé :

40 points et moins : Vous avez besoin d’aide.

De 41 à 50 : Vous êtes sur la bonne voie.

Plus de 51 : Vous êtes un parent très motivé.

Peu importe le pointage que vous avez obtenu, cette évaluation vous apportera sûrement des outils supplémentaires pour améliorer vos relations avec votre adolescent.ii

i Gaudet, Étienne, Drogues et adolescence, Réponses aux questions des parents. Montréal, Hôpital Ste-Justine, 2002, p. 97.

 

ii Beaulieu, Danie, 100 trucs pour améliorer vos relations avec les ados, Québec, Éditions Académie Impact p.2.